Nouvelle technologie de recyclage en phase pilote

L'élément central de la technologie est une unité d'extrusion à vis de matériaux métalliques.

La durabilité environnementale Nouvelle technologie de recyclage en phase pilote

Editeur: Nicole Kareta

La start-up hydro et d’économie circulaire Nuvosil lance un projet pilote industriel sur une nouvelle technologie de recyclage de l’aluminium et du silicium. Le projet pourrait potentiellement réduire considérablement les coûts de traitement et la consommation d’énergie jusqu’à 90%.

Entreprise liée

L'élément central de la technologie est une unité d'extrusion à vis de matériaux métalliques.
L’élément central de la technologie est une unité d’extrusion à vis de matériaux métalliques.

(Source: Bård Gudim / Hydro)

Le nouveau technologie de recyclage de l’aluminium et d’autres métaux d’alliage est en cours de développement par les partenaires du consortium Hydro et Nuvosil, soutenus par les partenaires de recherche et industriels SINTEF, NTNU, Cemtec (Autriche) et Reifenhauser (Allemagne) dans le cadre du projet Low Energy Recycling (LER).

L’élément central de la technologie est une unité d’extrusion à vis de matériaux métalliques. Au cours du projet, les partenaires visent à construire, tester et qualifier une version à l’échelle commerciale de l’extrudeuse, en plus de confirmer l’évolutivité d’autres composants et étapes de processus associés. «Nous sommes très encouragés à lancer l’industrialisation de la technologie d’extrudeuse à vis de laboratoire Hydro, qui a été testée dans une série de projets de R&D en étroite collaboration avec NTNU à Trondheim», déclare Trond Furu, directeur de la recherche au Corporate Technology Office d’Hydro.

Le Congrès international du recyclage de l'aluminium se tiendra à Colmar du 26 au 27 février 2019.

Le processus LER a le potentiel d’utiliser jusqu’à 90% d’énergie en moins que le recyclage conventionnel, ce qui entraîne une réduction similaire du CO2 émissions. La réduction de la consommation d’énergie permet également une réduction significative des coûts de traitement.Enova suit depuis longtemps le développement de la technologie LER et soutient le projet avec 9,4 millions de NOK.

«La technologie réduit considérablement la consommation d’énergie et augmente considérablement le taux de recyclage. Enova estime qu’une technologie de ce type est nécessaire pour atteindre la société à faibles émissions et éliminer les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050», Déclare Ståle Kvernrød, conseiller principal à Enova.

«Nous sommes très satisfaits du soutien d’Enova», déclare Bjørn-Olav Brelin, PDG de Nuvosil. «Même avec les perspectives opérationnelles et financières très prometteuses de la technologie LER, la contribution financière d’Enova et le partage des risques ont été cruciaux pour la réalisation de ce projet. La technologie devrait être testée dans une ou plusieurs usines d’Hydro en Norvège, avec la production d’Hydro CIRCAL, un lingot d’extrusion à faible teneur en carbone, comme domaine d’application potentiel.

Couverture du livre blanc: Vogel Communications Group

Comment ça fonctionne

Le projet travaille sur deux chemins de produits. L’un est le recyclage de l’aluminium, en se concentrant d’abord sur les rebuts de processus d’usinage d’alliages primaires de fonderie et des produits connexes comme les jantes de voiture. L’autre est une combinaison de déchets d’aluminium et de silicium provenant de la production de plaquettes destinées à être utilisées dans les panneaux solaires.

Les deux utilisent un procédé d’extrusion à vis, dans lequel les déchets d’aluminium seuls ou en combinaison avec les pastilles de silicium sont introduits dans une presse d’extrusion à vis. Ce processus a été développé par Hydro et l’Université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU) à Trondheim, en Norvège. Hydro est le propriétaire de la technologie et détient le brevet d’utilisation sur les matériaux métalliques.

Le processus LER est vérifié sur une extrudeuse de laboratoire à NTNU. Le projet a été approuvé pour un cofinancement par l’entité gouvernementale norvégienne Enova en août et devrait se poursuivre jusqu’à la fin de 2021. Le centre de test NCE Catapult à Raufoss, en Norvège, est l’un des nombreux sites envisagés pour l’extrudeuse pilote.

(Numéro ID: 47098484)